Tout savoir sur l'hippisme

par Jérôme Bernardet RTL COMMENT ANALYSER LES PERFORMANCES, EN PLAT

LES DONNÉES DE BASE
Un principe existe depuis la création des courses : un kilo égale une longueur. Un cheval A est exactement de la même valeur qu’un cheval B. S’ils s’affrontent en compétition, ils terminent rigoureusement sur la même ligne. Mais, si le cheval A porte un kilo de plus que le cheval B, il finira une longueur derrière son rival.

LES DIFFÉRENTS PARAMÈTRES
Ce principe de base peut s’appliquer dans sa « globalité » mais il convient de l’affiner en fonction de divers éléments qui « faussent » un peu les données brutes.
•    L’état du terrain : plus le terrain est lourd, et plus les distances séparant les concurrents à l’arrivée peuvent être importantes. Ainsi, sur un sol détrempé, pour reprendre nos deux chevaux A et B, de valeurs identiques, un kilo à porter de différence peut se traduire par non pas une, mais deux longueurs d’écart.
•    La distance : plus la distance est longue, plus le poids à porter joue un rôle important. Il est ainsi plus facile à un concurrent de rendre plusieurs kilos à un autre au cours d’un sprint, sur 1.000 mètres, qu’au cours d’une épreuve marathon.
•    La facilité d’un résultat : si un cheval l’emporte très facilement, de trois longueurs, par exemple, son jockey ne lui demande évidemment pas le maximum, et ce lauréat aurait sans doute pu s’imposer par quatre, voire cinq longueurs. Même remarque pour un facile deuxième, loin devant le troisième, etc…

COURSES « CLASSIQUES » ET HANDICAPS
Dans les courses semi-classiques ou classiques réservées à la même génération, tous les concurrents ont le même poids à porter (intervient toutefois le « poids pour sexe », les mâles étant plus chargés que les femelles). Dans ces mêmes épreuves, mais inter-générations, les chevaux d’âge rendent le « poids pour âge », les 5 ans, par exemple, étant plus chargés que les 3 ans (voir Prix de l’Arc de Triomphe).
Dans les handicaps, les handicapeurs, de « vrais mathématiciens des courses » attribuent un poids à porter à chacun des concurrents, en fonction de leurs dernières performances, afin que tous les chevaux aient la même chance théorique. On constate d’ailleurs souvent que ces « hommes de l’art » sont très forts, sept ou huit concurrents terminant pratiquement sur la même ligne, au passage du poteau, dans les quintés de plat.

LES « LIGNES DIRECTES » A TIRER
A partir de ces différents critères, il est facile, à la lecture des performances des partants, de retrouver ceux qui se rencontrent de nouveau, et d’évaluer les éventuelles modifications étant intervenues. Ainsi, un cheval C, en portant 56 kilos, a devancé D, qui en portait 58, de trois longueurs. Aujourd’hui, C doit en porter 60 et D, toujours 58.
Le calcul est simple : - lors de leur première confrontation, si D avait porté 56 kilos, comme C, il aurait terminé derrière C, mais à 1 longueur seulement (3 longueurs - 2 kilos).       
Aujourd’hui, C va devoir rendre 2 kilos à D (60 contre 58) et D devrait donc prendre sa revanche et devancer C d’une longueur (2 kilos – 1 longueur).

LES LIGNES INDIRECTES
Il arrive souvent que plusieurs concurrents ne se soient pas encore affrontés directement. Il faut alors trouver, à la lecture de leurs performances, un cheval « témoin » qu’ils ont tous rencontré, chacun leur tour, dans des épreuves précédentes.
Par exemple : X, Y et Z ne se sont encore jamais affrontés.
Le 1er septembre W a battu X, à poids égal, de deux longueurs.
Le 8 septembre Y a devancé W d’une longueur, toujours à poids égal.
Le 15 septembre Z a laissé W à 5 longueurs, encore à poids égal.
Le 22 septembre : X, Y et Z sont au départ du même quinté. En théorie, Z va s’imposer de 4 longueurs (5 – 1) devant Y qui devrait terminer 3 (1 +2) longueurs devant X .

Bien entendu, les calculs se compliquent selon les écarts de poids et les distances enregistrées à l’arrivée (tout en tenant compte de l’état du terrain, etc…),  et il faut alors résoudre de véritables équations pour parvenir à un classement théorique. Mais quel bonheur quand le résultat « scientifique » est conforme à la réalité ! C’est cela, aussi, la magie des courses…par Jérôme Bernardet RTL 


Site web intéressant


http://perso.turf.fr/quinte_pronostics_gratuits.shtml


.     Lien image       

Get Firefox

Veuillez patienter, chargement en cours...